Sermon Tareq Oubrou - charité

Aller au contenu

Menu principal :

Sermon Tareq Oubrou

Imam

Semon de l'imam de Bordeaux Mosquée El Huda
La démocratie s'arrete aux portes des mosquées ! La pratique de la politique du "hayed aala rassi ou chekef" dans un registre équivalent en francais serait "après moi le déluge".

Si nous nous permettons une telle liberté de parole, la raison en est que les résponsables d'association et les imams refusent le débat avec ceux là même qu'ils s'entetent à représenter.


 

Le Sermon de l'imam Tareq Oubrou à Bordeaux

S'étant récemment illustré lors d'une interview à l'Express en guise de « teasing » de la sortie de son nouveau livre «Un imam en colère», l'imam Tarek Oubrou a provoqué de vives réactions au sein de la communauté musulmane notamment concernant l'appel au «renoncement à une certaine visibilité». S'érigeant même contre les «ignares qui déterminent aujourd'hui ce qui est orthodoxe»
M. Oubrou souhaite donc se positionner en imam moderne en instaurant, comme le souligne Xavier Ternisien, le «smic spirituel», c'est-à-dire le minimum que les musulmans peuvent  pratiquer en Occident sans contrevenir à l'essentiel de leur foi»
Afin de mesurer la portée du discours de l'imam Oubrou, nous allons nous baser sur deux supports, deux discours espacés de plus de 4 ans, à travers lesquels nous pourrons mesurer l'évolution de la théologie d'Oubrou. Le premier discours a été prononcé en Juillet 2012 lors d'une conférence organisée par l'association Fils de France de Camel Bechikh, dont l'objectif est de faire émerger des «Français musulmans patriotes». Le second discours remonte à Janvier 2008, discours prononcé devant la Grande Loge De France, lors d'une conférence organisée sur le thème du dialogue entre les spiritualités et les religions, où l'on retrouve entre autres Malek Chebel, Ghaleb Bencheikh, ou le tunisien Youssef Seddik.

Les divagations de l'imam de Bordeaux Tarek Oubrou.

Il serait presque interminable de devoir citer toutes les incohérences, les confusions et les divagations que l'imam Oubrou peut proférer en 50 minutes, mais citons-en quelques-unes. M.Oubrou semble être fasciné par la relation entre le Ciel et la Terre, il y aurait donc une « sécularisation entre le Ciel et la Terre » qu'il faudrait encore une fois définir, cette sécularisation est-elle le fruit d'une séparation entre Dieu et l'Homme ? Cette sécularisation permettrait ainsi de se focaliser sur des actes séculaires ; en effet selon M. Oubrou : « On est obligé d'assumer notre citoyenneté terrestre en essayant de la concilier avec notre citoyenneté céleste, toujours cette négociation permanente » où l'on voit ce dernier s'arroger une « citoyenneté céleste » ou quand le zèle républicain rencontre la mystique ubiquité pour enfanter des histoires à dormir debout. Ou encore lorsqu'il applique des qualificatifs qui n'ont rien à voir avec l'Islam et qui lui sont même totalement opposés : « Le Jour du Jugement Dernier donne une perspective d'éternité à l'être humain, c'est une forme d'humanisme » ou encore : « Fondamentalement L'Islam est une religion individualiste dans le sens de la culture de la singularité ».

Il faut faire une nette distinction entre ce qui relève de l'individu et de l'humain et ce qui relève de l'humanisme et de l'individualisme. Les premiers permettent leur propre dépassement tandis que les seconds ne se focalisent que sur l'individu ou l'humain et tendent à nier tout ce qui les dépasse, c'est-à-dire, entre autre, l'idée de Dieu même. Comment un imam peut-il qualifier l'Islam par des concepts qui nient ou tendent à nier l'idée de Dieu ? Puis les divagations se poursuivent avec un rapprochement suspect avec le polythéisme qui serait fondamental en Islam, jugez-en par vous-même : « En réalité dans l'histoire il y avait deux théorèmes de la visibilité musulmane; une théorie distincte : il ne faut pas faire comme les juifs, les polythéistes … donc c'était une stratégie de différenciation par rapport aux minorités … mais cela relève de la stratégie, cela ne relève pas fondamentalement de l'esprit du Coran qui cherche la proximité puisque le Coran a recherché en permanence la proximité avec les polythéistes », ou encore lorsqu'il parle de la manière de faire la prière, il dit : « Même Dieu, vôtre Dieu n'est pas le mien, on n'a pas les mêmes émotions, la même intimité, etc. ». Ou l'on voit que l'imam Oubrou est prêt à toutes les contorsions pour faire entrer l'Islam dans son « Islam proximal ».

Nous passons sous silence tous les dénigrements envers les musulmans avec le cliché du kebab, du halal, du voile, qu'on retrouve chez tous nos penseurs musulmans nationalistes ou patriotes. De même que nous passons sous silence toute la théorie de l'acculturation et de ses conséquences, ou du fait « qu'il faut faire le deuil de la civilisation musulmane, c'est fini, finished ! » et nous renvoyons pour cela à l'excellent article de Youssef Girard sur les néo-shu'ubites qui montre bien le danger de ces penseurs patriotes. Conclusion Al Ghazzali, lorsqu'il rapportait les paroles des savants de la science ésotérique, la science du dévoilement spirituel que l'imam Oubrou veut incarner, disait dans son Livre de la Science : Un autre disait : « Deux caractéristiques empêchent quelqu'un de recevoir cette science intuitive. Ce sont l'innovation et l'orgueil ».

L'imam Oubrou de la mosquée de Bordeaux nous a montré par son discours qu'il excellait à la fois dans l'innovation et à la fois dans l'orgueil tant son dénigrement envers les musulmans en France est constant. Son désir de vouloir « pour les musulmans une visibilité communicationnelle de fréquentation, ce qu'il appelle l'Islam proximal …, pour une géothéologie d'acculturation. C'est l'avenir de l'Islam, c'est également l'avenir de l'Humanité. » cache mal sa soumission à ceux qui le promeuvent : le pouvoir politique, le pouvoir médiatique ainsi que le pouvoir occulte. D'ailleurs, et pour montrer à quel point sa théologie est conforme à la modernité marchande, il dit avec franchise : «
Bien sûr, je m'intéresse à la spiritualité, parce que c'est mon fond de commerce d'une certaine manière ». Si l'imam Oubrou souhaite développer son fonds de commerce à base de « smic spirituel », de mysticisme chrétien et d'humanisme prométhéen, libre à lui de se conformer aux attentes de ceux qui l'ont promu, mais qu'il ne s'étonne pas ensuite que les musulmans se détournent de son message. Nous ne voulons pas d'un pseudo-imam qui viendrait nous sermonner pour nous soumettre aux idoles de la modernité : non au Sermon de T.Oubrou !

Al Khabbez 20 Novembre 2012
http://fr.scribd.com/doc/113858424/Le-Sermon-de-T-Oubrou

 
Retourner au contenu | Retourner au menu